C'est ainsi qu'on m'appelle.

Je n'ai pas de prénom.

Il arrive que des parents en manque d'inspiration affectent à leurs enfants seulement quelques lettres. En effet après avoir utilisé l'option moderne de donner deux noms à leur enfant, certains parents avare d'encre, n'utilisent que peu de lettres pour leur enfants. Ces enfants partent donc avec un net désavantage dans la société moderne. Si par exemple, ils doivent rédiger un article de 1200 caractères sur leur dénomination, le répéter de nombreuses fois n'apporte que très peu de bénéfice.

Tout de même, pour faire bonne figure ces lettres forment souvent des diminutifs de prénoms. Considérant probablement que leur rejeton ne sera pas capable d'écrire son nom complet avant 12 ans ils évitent des noms supérieur à 4 lettres, comme Antonino, ou Giovanino.

Une fois dans la vie adulte, celle ou personne ne retiens les prénoms des autres, ne pas en avoir un est assez peu handicapant. Cela à même des avantages, si vous calculez tout l'encre et le papier administratif économisé, vous pouvez gagnez en crédibilité auprès des mouvances écologistes, et autres mangeurs de légumes.

Pour moi, j'aimerai vous rassurez, tout n'est pas si catastrophique, je n'ai toujours pas de prénom, mais je suis tout de même Treyssat-Vincent 1er du nom.

Exploitez la profondeur hypertextuelle de votre lecture, et trouvez ainsi la réponse.


Illustration (libre d'usage) par Tim Marshall.
Cet article a été réalisé dans le cadre d'un cours d'écriture pour les médias numériques à MMI Bordeaux.